Découvrir

Vous souhaitez découvrir les métiers de l’Aménagement Paysager ?

Module de Pré-Qualification

Objectif

Tester son projet sur une durée maximale de 490H (+/- 3 mois) de formation alternée avec des périodes de stage.

Recueillir des informations en direct des acteurs du secteur, prise de contacts avec le terrain et tâches associées, découverte des avantages et inconvénients du métier envisagé sont autant d’éléments à prendre en compte avant d’entamer un parcours diplômant.

Au delà de la validation du projet, ce parcours permet  aux candidats aux parcours par alternance (Apprentissage ou Professionnalisation) de se faire connaitre des employeurs susceptibles de les accueillir dans le cadre de leur parcours diplômant.

NB : Ce parcours peut vous être préconisé  lors de l’entretien de recrutement.

 

Intervention : Hervé COVES, la communication entre végétaux

L’agronome et chercheur Hervé COVES était vendredi 22 novembre 2019 sur le site du Centre de Formation Professionnel et de Promotion Agrico (CFPPA) des Vaseix pour une conférence qui révolutionne la façon de penser les associations de végétaux et la protection des cultures.
L’ensemble des étudiants de la filière Aménagements Paysagers et de la Filière marachaige Biologique étaient présents dans l’amphithéâtre des Vaseix ainsi que des professionnels et enseignants du paysage. Tous s’étaient réunis pour comprendre comment fonctionne le réseau mycorhizien de communication entre les végétaux ; tel un sytème internet, les végétaux utilisent au sein d’un écosystème le réseau mycohrizien formé d’hyphes de champignon pour échanger des informations et répartir les nutriments absorbés ; plusieurs réseaux existent selon l’origine géographique des végétaux, leurs familles et leur compatibilité : Hervé COVES nous apprends que plus de 80% des plantes présentes sur la terre (que ce soit des arbres ou des plantes herbacées comme les pieds de tomates) ont besoin d’être reliées à un réseau mycorhizien pour effectuer correctement leur cycle de vie et développer normalement leur résitance aux maladies à tel point qu’un arbre ira a donner jusqu’à 20% de sa sève élaborée (sève chargée de sucres) pour alimenter le réseau en énergie !!!! on comprend pourquoi l’INRA propose dans la cadre des méthodes alternatives aux pesticides des techniques de biocontrôle utilisant un champignon mycorhizien du genre Glomus pour lutter contre de nombreuses maladies des plantes cultivées….Hervé COVES explique également que les plantes invasives sont des plantes peu ou pas « connectées » aux réseaux des écosytèmes dans lesquelles elles arrivent d’où leur effet envahissant les première années avant que l’écosytème ne réagisse…..
L’importance des mycorhizes pour bactéries symbiotiques du sol sera également abordée et illustrée : une légumineuse verra sa production d’azote multipliée par sept lorsqu’elle est mycorhizée
Et ce n’est pas tout : Hervés COVES explique les processus qui permettent à certaines plantes associées en culture de se protéger l’une l’autre lors d’attaque de parasites par le biais du réseau mycorhizien : association rosier, vigne et champignons mycorhizien du genre Rhizofagus pour favoriser la résistance de la vigne aux attaques de mildiou…..il abordera la thématique des champignons chélateurs qui rendent inoffensifs les métaux du sol comme le cuivre, devenus toxiques à cause d’une trop forte concentration (traitements répétés avec des produits cupriques), pour la vie du sol et même pour certaines cultures.
Hervés COVES insistera sur l’intéret de protéger et de sauvegarder les vieux arbres véritables « mycothèques » et réservoir d’informations ; ces derniers transmettent des informations qu’ils ont stockées durant leur vie aprés avoir survécus à des attaques de pathogènes ; la transmissions des informations se fait par le biais des réseaux mycorhiziens vers les végétaux des haies bocagères environnantes mais aussi aux végétaux cultivés qui les entourent s’ils sont connectés ; les vieux arbres par leur réseaux mycorhiziens (jusqu’à 120 mycorhizes différentes observées sur un vieil arbre ) pourront agir sur l’épigénétique des végétaux connectés et réveiller des gènes de défense des plantes en cas d’attaque de ravageurs ou de parasites !
Grace aux l’études scientifiques permettant de mieux comprendre les réseaux mycorhiziens et par l’association réflechie de plantes connectables souvent de même guilde, Hervés COVES explique que les rendements à l’hectare en plantes comestibles (fruits, légumes…) seraient augmentés sans pour cela avoir recourt à des produits phytosanitaires chimiques…un bel espoir pour l’agro-écologie et pour les paysages comestibles de demain….alors préservons nos vieux arbres !
Plusieurs conférences seront ainsi organisées sous l’égide de l’Ecole du Jardin planétaire de Nouvelle Aquitaine dont le parrain n’est autre que le célèbre paysagiste Gilles CLEMENT ; elles sont produites dans cadre de la Licence professionnelle Aménagements Paysagers Design des Milieux Anthropisé construite en partenariat entre le CFPPA des Vaseix et la Faculté de Lettres et de sciences humaines de Limoges .
Prochaine conférence sur le site des Vaseix aura lieu le mercredi 27 novembre 2019 et portera sur le changement climatique : processus et enjeux pour demain ; intervenant Michel GALLIOT, Climatologue et Président de l’Association Limousin Nature Environnement.